poesies-poetiques

poèmes d'un soir, poèmes d'un loir

Mercredi 8 février 2017 à 21:22

Jeune et con

 

C’est le bonheur abject de la jouissance,

Qui nous parcourt les veines,

De la jeunesse qui, pleine d’innocence,

S’en va, traversant la Seine.

 

La rage au cœur, elle marche fragile,

Cette foule aux yeux hagards

Elle crie, le cœur léger, le pas labile,

Sous les néons blafards.

 

Mais pour quoi donc protester, à quelle fin,

Car lorsque la nuit tombe,

Elles est dispersées, tabassées, sans fin,

Quitte à trouver la tombe.

 

Et les politiques corrompus, s’endorment,

Le sourire aux lèvres,

Fier et serein d’avoir pu réciter leurs dogmes,

Sur le dos des cadavres.

 

Ô candide jeunesse, pleine de vie,

Va, sors de ta torpeur.

Sache que vivre libre n’est pas un délit,

Mais la clé du bonheur.

Aucun commentaire n'a encore été ajouté !
 

exprimer ses pensées









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://poesies-poetiques.cowblog.fr/trackback/3277737

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

Créer un podcast