poesies-poetiques

poèmes d'un soir, poèmes d'un loir

Lundi 15 septembre 2014 à 2:00

Un oiseau noir


Gouttelettes incessantes se promenant sur son crâne,

Il a le cœur qui bat.

De vagues sons lui parviennent, puis plus rien,

Seul l’écho de sa respiration rencontrant la roche,

Demeure perceptible.

Les bras repliés en signe de protection et les yeux levés.

Il n’y a pas de pitié pour les faibles.

De petites fées volent au-dessus de lui

Et leur reflet d’un vert métallique,

Ne lui semble d’aucun secours.

Les traits tirés, fatigué de l’obscurité qui l’oppresse,

Il se laisse tomber.

Aucun cri ne retentit.

Apaisé, il s’en va rejoindre ses ancêtres dans l’au-delà.

Mortel tu es poussière,

Et le royaume des morts te fera oublier ta tristesse.

Ô jeune homme, tu ne seras pas oublié pour cette maladresse.

 

Par jazz-autresrimes le Lundi 22 septembre 2014 à 10:12
Bien bonjour Monsieur le poète ,Alexandre
un poètique coucou du troubadour
 

exprimer ses pensées









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

La discussion continue ailleurs...

Pour faire un rétrolien sur cet article :
http://poesies-poetiques.cowblog.fr/trackback/3268650

 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

Créer un podcast